UN CYNISME CRIMINEL.

UN CYNISME CRIMINEL.

Le monde vit un phénomène qui frappe aveuglément tous les pays et tous les continents. Un phénomène qui suscite la solidarité, l’entraide, les efforts conjoints pour combattre une pandémie aveugle et meurtrière. Des personnalités de toutes convictions, le secrétaire général de l’ ONU, le secrétaire de l’ OMS, le Pape, les dirigeants de l’ Union Européenne, appellent à la solidarité.
Cuba est engagé à fond dans cette solidarité internationale. Plus de 800 spécialistes cubains sont présents dans 18 pays pour lutter contre le COVID-19, en Italie, à  Andorre, au Venezuela, au Nicaragua et dans une douzaine d’états des Caraïbes, au Togo, en Angola. Ils ont rejoint et complété les équipes médicales cubaines déjà présentes dans des dizaines de pays depuis des années, longtemps avant cette crise mondiale.
Face à cet élan humaniste et internationaliste, d’autres font preuve d’un cynisme criminel sans limites. Non seulement les États-Unis maintiennent et renforcent le blocus contre Cuba, qui dure depuis près de soixante ans, mais ils le poussent à des limites jamais atteintes. Alors que l’administration Trump doit faire face à des milliers de malades et de décès, elle n’hésite pas à empêcher Cuba d’avoir accès à du matériel médical de première ligne dans la lutte contre le COVID-19. Et lance aussi une campagne de dénigrement envers les médecins internationalistes, et fait pression sur plusieurs pays pour refuser toute aide offerte par Cuba.
Alibaba, le géant chinois, a annoncé une donation aux États-Unis de 500.000 kits de détection rapide du COVID-19 et d’un million de masques de protection. Peu après (16 mars) des envois arrivent à Liège, en Éthiopie, en Italie et en Espagne. Le 24 mars, Jack Ma, le fondateur d’ Alibaba, annonçait l’envoi de donations pour 24 pays d’ Amérique latine, dont Cuba.
Mais fin mars le transporteur nord-américain, chargé du transport des masques, des kits de détection, des ventilateurs, un matériel vital dans les circonstances actuelles, refuse d’assurer ce transport, sur base des réglementations du blocus économique, commercial et financier imposé à  Cuba par les États-Unis.
Le 11 avril ce harcèlement criminel se poursuit. L’entreprise nord-américaine Vyaire Medical Inc. rachète deux fabricants de respirateurs artificiels, IMT Medical AG et Acutronic, fournisseurs de Medicuba (l’importateur cubain de matériel médical). Immédiatement après ce rachat, Vyaire Medical Inc. arrête toute opération commerciale avec Medicuba.
Peut-on pousser le cynisme plus loin, alors que chacun sait que les respirateurs sont un équipement clé dans la lutte contre la pandémie, pour les cas les plus gravement touchés. Un cynisme criminel car, rappelons le, les États-Unis interdisent déjà toute exportation de médicaments à Cuba depuis plus de 50 ans.
Alors que les équipes médicales cubaines luttent dans le monde entier contre la pandémie, ces deux mesures récentes ne font que confirmer et amplifier la politique agressive et illégale menée par l’administration  Trump contre Cuba.
Les faits parlent d’eux-mêmes. Tout commentaire supplémentaire est superflu.

Freddy Tack- Vice-président de  l’ ASBL Les Amis de Cuba – 15 avril 2020.

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *

FacebookTwitter