XXI CONGRES DE LA CTC

XXI CONGRES DE LA CTC

Freddy Tack

La Centrale des Travailleurs de Cuba (CTC) a tenu son XXIe Congrès du 20 au 24 avril 2019. Plus de 1.200 délégués, élus parmi 74.922 pré-candidats, représentant tous les syndicats et tous les secteurs de l’économie, y compris toutes les formes de gestion non-publique (indépendants, coopératives non-agricoles), ont participé au congrès.

Les textes de réflexion et de discussion ont été soumis à la base dès fin mai 2018, centrés sur “Les bases pour le renforcement de la mission du mouvement syndical cubain”. Un document de 50 articles, destiné à stimuler la réflexion et de débattre au sujet des insatisfactions et des préoccupations du monde du travail. La ligne directrice étant de trouver un consensus sur le perfectionnement du travail de l’organisation, sa politique et son action face aux trans- formations actuelles.

Les travaux préparatoires

Avec la tenue de 61.576 assemblées, auxquelles ont participé 2.491.029 travailleurs, 184.728 interventions ont été faites, et 154.351 propositions exprimées, dont 65% étaient liées à la bataille économique et 35% à l’amélioration du fonctionnement de l’organisation. Les principaux résultats se groupent en cinq chapitres qui reflètent les principaux soucis de travailleurs :

– la nécessité de réaliser une réforme générale des salaires;

– développer l’attention pour les travailleurs des entités pri vées (qui conn ai ssent un taux de syndicalisation de 62,8%);

– le renforcement de l’émulation socialiste, des stimulants matériels et moraux;

  – le fonctionnement syndical;

– les critères pour l’âge de la pension.

Le Congrès

Le rapport central au sujet des travaux préliminaires a été présenté par Ulises Guilarte De Nacimiento, secré- taire général de la CTC. Les délégués ont alors reçu une ample information au sujet de l’actualisation du modèle économique et social, présenté par Marino Murillo Jorge, le chef de la commission permanente pour l’implémentation et le développement des “Directives pour la politique économique et sociale”. Après un rappel de l’historique à partir du VI Congrès du PCC (avril 2011), il a rappelé les principales transformations du système de gestion des entreprises d’état, et leur impact sur les travailleurs (2011-2017). Il a également abordé les mesures relatives aux travailleurs du secteur non-public.

Les délégués ont alors abordé le fonctionnement syndical, dans cinq commissions. Finalement, après quatre jours de débats en commission, les syndicalistes ont approuvé, en session plénière, le document qui établit les lignes à suivre et les objectifs de travail pour les années à venir. wz�d

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *

FacebookTwitter